Serge Zagdanski
Psychanalyste à Paris 16

Vidéos

" Mais, si le x de la relation qui pourrait s'écrire comme sexuelle, c'est le signifiant, en tant qu'il est branché sur la jouissance phallique, nous avons tout de même à en tirer la conséquence. La conséquence, c'est ça : si l'inconscient est bien ce dont je vous ai dit aujourd'hui le support, à savoir un savoir, c'est que tout ce que j'ai voulu vous dire cette année à propos des non-dupes qui errent, ça veut dire que « qui n'est pas amoureux de son inconscient erre ». Ça dit rien du tout contre les siècles passés. Ils étaient tout autant que les autres amoureux de leur inconscient, et donc ils n'ont pas erré. Simplement, ils ne savaient pas où ils allaient, mais pour être amoureux de leur inconscient, ils l'étaient ! Ils s'imaginaient que c'était la connaissance. Car il y a pas besoin de se savoir amoureux de son inconscient pour ne pas errer, il n'y a qu'à se laisser faire, en être la dupe. Pour la première fois dans l'histoire, il vous est possible, à vous d'errer, c'est-à-dire de refuser d'aimer votre inconscient, puisque enfin vous savez ce que c'est : un savoir, un savoir emmerdant. Mais c'est peut-être dans cette erre (e,deux r,e)… vous savez, ce truc qui tire, là, quand le navire se laisse balancer …c'est peut-être là que nous pouvons parier de retrouver le Réel un peu plus dans la suite, nous apercevoir que l'inconscient est peut-être sans doute dysharmonique, mais que peut-être il nous mène à un peu plus de ce Réel qu'à ce très peu de réalité qui est la nôtre - celle du fantasme - qu'il nous mène au-delà : au pur Réel »
Jacques Lacan - Les non-dupes errent, séance du 21juin 1974

Jacques Lacan "qui n'est pas amoureux de son inconscient erre"

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.